• L’alimentation peut-elle être un facteur de stress ???

     

     

    Les matières premières indispensables à la nutrition de nos cellules proviennent des aliments que nous mangeons et de l’air que nous respirons. Lorsque nos cellules deviennent affamées et qu’elles ne reçoivent pas les éléments nutritifs indispensables, il se produit dans l’organisme une charge de stress très importante. Une des méthodes fondamentale pour combattre le stress est une alimentation adéquate et l’autre est la gestion du stress par une technique de relaxation.

    La plupart des personnes mal nourries seront relativement malades, aussi bien mentalement que physiquement.

    Un mauvais régime alimentaire avec excès de mauvaises calories provenant des hydrates de carbones raffinés, des boissons alcoolisées, des mauvaises graisses, d’une surconsommation de sucre raffiné, d’un manque d’aliments « vivants » sous forme de fruits et légumes frais, sont autant de facteurs de stress pour l’organisme.

    Ces faux aliments suscitent une réaction biologique excessive destinée à corriger le déséquilibre biochimique et métabolique provoqué par la composition et la quantité de l’aliment ingéré.

    L’équilibre de notre milieu intérieur, dont dépend la qualité de notre santé, exige une constance de la valeur des différents paramètres du sang, c'est-à-dire le taux de sucre, de graisses, d’acide urique, d’urée, le pH. La constance de ces paramètres dépend à la fois de l’alimentation et de la correction apportée par les organes grâce à leurs sécrétions hormonales.

    Par exemple, lorsque nous consommons du sucre, il s’ensuit une élévation immédiate du taux de glucose dans le sang, provoquant à son tour une sécrétion d’insuline par le pancréas, qui à son tour fera baisser le taux de glucose sanguin pour le ramener à une valeur normale. Parfois cette baisse est excessive, ce qui représente un autre stress biologique, lequel fera intervenir d’autres régulateurs hyperglycémiants, comme la sécrétion d’adrénaline qui agit au niveau du foie pour y libérer le sucre stocké.
    Ces différentes sécrétions hormonales seront d’autant plus importantes que les corrections à apporter seront plus importantes, c'est-à-dire lorsque les erreurs diététiques sont plus importantes.
    Les hydrates de carbone et le sucre raffinés sont donc des aliments stresseurs. A ces hydrates de carbone raffinés il faut préférer les hydrates de carbone non raffinés, tels que ceux contenus dans les céréales complètes, les fruits et les légumes. Ils se présentent dans leur forme naturelle et sont métabolisés et absorbés plus lentement et ils ne provoqueront pas de réaction brutale de régulation métabolique.

    D’autres aliments sont également biologiquement stresseurs et mettent à l’épreuve les mécanismes régulateurs de l’organisme.
    Certaines graisses saturées que l’on retrouve principalement dans les sous-produits animaux (beurre et produits laitiers gras, la plupart des viandes, mais surtout la viande rouge de bœuf). Les protéines sont également un facteur de stress pour l’organisme, lorsqu’elles sont consommées en excès ou au contraire insuffisamment.

    On ajoutera également l’excès de sel, l’alcool, les boissons excitantes à base de caféine, etc. Les aliments seront donc biologiquement des agents stresseurs lorsque leur teneur en mauvais sucres et en mauvaises graisses seront excessive, et lorsqu’ils sont pauvres en éléments nutritifs essentiels.

    Le Professeur W.D. Currier, professeur de médecine préventive et nutrition, disait : « Notre manière de penser, de sentir, de percevoir les choses dépend de notre santé physique et biologique, c’est à dire de notre état nutritionnel. ».

     

    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    1
    Nicole LE JEAN
    Lundi 9 Février 2015 à 19:03

    Et bien moi je devrai alors faire attention aux sucres car je préfère presque le sucré que le salé, je pensais que cela me calmait et ne me stressais pas alors que je suis d'une nature très stressée, je fais tout vite et bien comme si j'avais encore 20 ans et je mange gâteaux, bonbons comme un enfant et depuis très longtemps ainsi que du chocolat, je croyais ma faire un petit plaisir mais à lire cet article pour le pancréas ce n'est pas bon mais je n'ai pas de glucose ni de diabète dans mes analyses, quant aux graisses je n'en mange pas mais comme je te l'ai dit hier ma viande préférée c'est la rouge bien que je savais qu'il ne fallait pas en manger trop souvent mais c'est très difficile à suivre le tout, la vie n'est pas faite que de privation Flosoph, excuse moi peut être de n'être pas toujours d'accord mais les docteurs m'ont dit de manger ce qui me plaisait car je suis une ancienne anorexique aussi et ne pèse que 43 kilos et j'ai été hospitalisé plusieurs fois en étant tombée sur la voie publique avec un manque énorme d'hémoglobines, perfusées pour revenir à 12 millions et je n'en avais que 7.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :